Libertya memory, lys rosa grey hiveria. Fora mia.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RACE ― Rehlas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inkessa
Sagesse des Glaces
Sagesse des Glaces
avatar

Messages : 481
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: RACE ― Rehlas   Lun 23 Juin - 17:58

Êtres rêveurs aux milles secrets, les Rehlas sont une race mal connue et très mystérieuse. Rares sont ceux qui peuvent se vanter d'en avoir rencontré, car le silence est de mise. Considérés comme les Sages des Sages de ces Terres, on dit que les Rehlas connaissent l'Absolu. Fervents admirateurs du Ciel, ils sont capables de comprendre et d'interpréter le chant des étoiles et tirent leur énergie des rayons de Lune. Celle-ci est l'origine même de leur existence et sa disparition entraînerait celle de ses enfants de chairs et de sang.
Longtemps considérés comme de simples légendes, les Rehlas se sont avérés être véritablement. Pacifiques de nature, leur connaissance infinie du Tout les rend vulnérables et c'est là la raison de leur mutisme et de leur invisibilité inexplicables. A part de toutes les autres races, ils représentent le passé, le présent et l'avenir. Rarement très sociable, le Rehla préférera la compagnie des siens, des murmures célestes, ou de lui-même, à celle des autres. Il n'a pas d'apparence spécifique et seule sa peau au teint diaphane, au diapason de la Lune, pourrait le distinguer de tout un chacun.




“ Hiérarchie „



La hiérarchie des Rehlas est simple. Elle va crescendo sur l'échelle du Savoir et de la compréhension des étoiles, ainsi qu'au niveau de l'impact qu'a la Lune sur les êtres. Les moins expérimentés, appelés Enfants des Présages, comprennent difficilement les chants célestes et sont totalement indépendants des rayons de Lune. Au fil du temps, ils gagnent en sagesse et en intelligence et apprennent à voir, écouter, comprendre et interpréter ce que les Cieux leur transmettent. Ils évoluent pour être alors nommés Rehlas, Lecteurs, puis Devins. En parallèle ils deviennent de plus en plus dépendants de la Lune qui leur offre énergie et Savoir nécessaires à leur survie. Les plus puissants, les Oracles Célestes, sont choisis par la Lune elle-même dit-on, pour se lier à une constellation. Ils seront alors les seuls à entendre et comprendre les chants des étoiles qui la composent. Le Chef de race, ou Sin Luxinreïs, saura lui seul dialoguer avec la Lune elle-même et interpréter l'Harmonie, le chant sacré des six Miroirs qui annonce le Destin du Monde.

◊ ◊ ◊ ◊


Jeunes étoiles tombées du ciel, les Enfants des Présages (Niveau I) sont les Rehlas qui découvrent leurs pouvoirs et la portée de ces derniers. Il ne sont que novices et apprennent souvent avec des Lecteurs ou des Devins à maîtriser l'art des songes et du langage des étoiles... La Lune est leur Mère et ils la vénèrent comme une déesse, encore ignorants de son impact sur leur existence. Ils n'ont envie que de savoir, impatients de démontrer toute leur puissance à leurs pairs. Curieux du monde et rêveurs, ces Rehlas sont souvent des êtres aventureux et plein de bonne volonté. Leur naïveté les rends cependant vulnérables et le monde qui les entoure est un éternel cercle de dangers pour ces enfants à peine sortis de leurs Songes. Ils ne comprennent pas ce qu'ils voient, ou très peu, et la notion du Temps leur est totalement inconnue. Leurs visions appartiennent à des mondes invisibles et ils ne contrôlent que certaines des images et des murmures qui leur parviennent des Cieux.

Un enfant devient Rehla (Niveau II) lorsqu'il prend enfin conscience que ce ciel qui l'illumine chaque soir recèle les secrets de l'Univers. Ses rêves deviennent étrangement réels et ses songes se transforment en prémonitions... Ils lisent les étoiles avec précision et profitent plus de la nuit que du jour, avides de connaissance et de nouveautés. Le monde qui leur paraissait si vaste ne semble plus se résumer qu'à ces astres si précieux et à leurs douces paroles, que les Rehlas comprennent maintenant avec plus d'exactitude et de passion. Ils ignorent encore pourtant tout de la Vérité. Leur soif de savoir ne se limite qu'au Temps, dont ils saisissent enfin le sens, et certains souvenirs d'un monde passé leur parviennent, incompréhensibles images d'une Vie morte et enterrée. Pourtant, c'est à ce stade que le Rehla en apprend le plus. Rien n'échappe à son jugement, et comme un enfant qui découvre son Univers, il découvre enfin le sens des sons et des chants qu'entonnent les étoiles. C'est aussi à ce stade que l'on jugera leur Destin prometteur ou non. Certains se démarquent des autres et se voient offrir la possibilité de monter encore plus haut, jusqu'à toucher du bout des doigts leur Mère Lune.

Au delà des simples Rehlas, Les Lecteurs d'Étoiles (Niveau III) représentent l'accomplissement du Rehla, la parfaite représentation de ceux qui créent et modulent le monde, à l'image de leur Savoir et de leur Sagesse. Le Lecteur d'Étoiles est un érudit considéré comme digne de connaître la Vérité. Peu de Rehlas peuvent se vanter d'avoir ainsi accès à la connaissance suprême, et ceux qui s'en montrent dignes le regrettent parfois... car la Vérité mériterait parfois d'être enfouie... Les Lecteurs ont de plus en plus de mal à se décrocher des étoiles et de la Lune... leur lumière constituant leur source première de rêve et d'énergie. Ils sont assaillis de souvenirs, plus clairs, plus précis que lorsqu'ils étaient de simples Rehlas... et leur signification, bien qu'encore inconnue, devient importante. La vision du passé, du présent et du futur s'estompe, pour se rassembler en une seule et même entité que les Lecteurs apprennent à maîtriser au fil du temps : le Destin. Ils sont les premiers à détenir son secret, et bien qu'encore incertains, leurs chants aux astres célestes se transforment en véritables dialogues. Les meilleurs orateurs peuvent prétendre à la Divination.

Ainsi les plus puissants des Lecteurs deviendront des Devins des Astres (Niveau IV). Ils sont entièrement régis par le Savoir, la Vérité, le Temps, et le Destin. Il ont recourt à leurs dons en permanence, ce qui implique l'énergie nécessaire à la lecture des astres. Leur lumière est leur Salut et ils dépendent de leur intensité. La Nuit est leur domaine et le Jour appartient aux Songes. Leur monde est comme inversé. Le Devin détient la connaissance absolue, rien ne échappe plus, et les chants des étoiles se stabilisent enfin, ce qui lui permet de déchiffrer les différentes voix qu'il décelait jusqu'à présent sans pouvoir les définir avec précision.
Les Rehlas qui ont atteint ce stade de savoir son considérés comme les plus grands Sages. Ils savent écouter, et voir mieux que quiconque. Le Ciel leur répond et la Lune leur offre le Secret. Ce secret si bien gardé des pairs, ce secret qui est à l'origine de tout, du Tout. Le secret de leur existence, et la réponse aux rêves et aux images qui les habitent depuis leur naissance. Les Devins obtiennent le droit de connaître leurs origines. Ainsi, ils savent, pour la Voûte. Le sort qui les empêchait de se souvenir s'estompe au fur et à mesure, et les Devins deviennent alors maîtres de leur Destin. Leur Vérité est enfin totale, et une seule chose leur échappe encore : l'Espace.

« Le Savoir est votre Salut. »
Devenir Oracle Céleste (Niveau V) n'est pas la fin de l'apprentissage du Rehla. Au contraire, être Oracle signifie le Commencement. Sont considérés comme tels les Rehlas qui ne voient plus qu'à travers les Cieux. Le monde n'appartient plus qu'à une étrange réalité qu'ils touchent du bout des doigts sans jamais l'atteindre. Le secret de la Voûte leur a été dévoilé depuis peu et ils aspirent à y retourner, pour comprendre. L'Espace leur appartient enfin, et ils le contrôlent à travers les constellations. Seuls 6 Devins peuvent aspirer à devenir Oracles, et ces privilégiés comptent parmi les plus doués du monde. Ils sont au service de leur Sin Luxinreïs et le servent loyalement. Chaque Oracle possède la capacité de dialoguer avec son Miroir et en comprend le chant. Il est le seul à pouvoir le traduire et y répondre. Ses frères n'y ont accès que si les 6 s'associent pour former l'Harmonie. Alors le chant est complet. A ce moment, chaque Oracle devient indissociable de son Miroir et fusionne avec. Il n'a aucun accès au Chant cependant, seul le Sin Luxinreïs peut l'interpréter et le retranscrire, dévoilant ainsi l'Avenir, le Destin du monde. Qu'il sombre dans les ténèbres ou se noie dans la lumière.




Viens ensuite le Chef de la Race, Sage des Sages... Au commencement, le Sin Luxinreïs est le Père de tous, celui qui Sait, qui Voit et qui Comprend. Il est le Grand Gardien du Secret, de la Lune et du Destin, traduit littérallement.

Le Sin Luxinreïs est le seul à pouvoir interpréter le Chant des Oracles et possède la capacité de le retranscrire, dévoilant aux peuples étrangers le Destin du monde. Il est aussi le seul à pouvoir communiquer avec la Lune, Mère des Rehlas et son Signe est Phoebe. Il a la capacité similaire à ses Oracles, de se fondre en elle et de chanter ses paroles. Malgré sa dimension céleste, il a parfaitement conscience de l'Espace-Temps, contrairement aux Oracles et aux Lecteurs qui vivent souvent dans un imaginaire irréel. Détenteur du secret de la Voûte, il sait tout de ses Frères célestes et les méprise. Les Cël'ess sont pour lui tout sauf des Rehlas et seuls les Thël'ess méritent ce rang. Gardien du Secret, il ne peut le dévoiler à quiconque, pas même aux siens (excepté le moment venu), et aspire à reconquérir le royaume des Cieux, car il est la seule chose qui échappe au Savoir et à la Vérité. En dehors de cela, sa sagesse et sa connaissance sont effrayantes et il fait partie des plus puissants êtres peuplant le monde.




“ Clef de compréhension „



GENESE

« Enfants de la Lune, le ciel abrite notre civilisation.
Nous sommes les Rehlas, les astres murmurent notre nom. »


Dans l’étendue glacée de l’univers, naquit un jour un songe. On raconte que ce rêve fut l’enfant des tous premiers mortels, et que nul à ce jour n’en fit de si pur, n’en fit de si beau. Charmées par sa candeur et par son innocence, les étoiles l’accueillirent et l’amenèrent à la Lune. La Mère le contempla de ses grâces opalines, et son émoi fut tel qu’une larme glissa le long de son visage et vint figer le rêve dans un espace et dans un temps. Naquit la Voûte telle que nous la connaissons, naquit le peuple des Rehlas.

Des cités s’étendirent par centaine au-delà des nuages, sous le bon œil de la Voie Lactée. Leur architecture exprime la sagesse et le raffinement de leur peuple, constituée des métaux les plus fin, de joyaux clairs et de corail. Du haut de leurs tours les Rehlas caressent les étoiles, sages observatoires d’où ils peuvent contempler ce qui est, ce qui sera et ce qui fut. Aux soirées de pleine Lune, il arrive aux plus sages de surveiller – le temps d’un rêve - les mortels d’ici-bas. Ils peignent leurs songes des plus belles poésies, si leur âme est encline à accepter le Beau. Êtres oniriques, leur réveil les fait disparaître sitôt.


SOCIÉTÉ CÉLESTE ET DIPLOMATIE

« La Terre nous lègue sa sagesse et ses utopies.
Loin de la guerre et des conflits, les mortels nous oublient. »


Les Rehlas sont un peuple passif, explorateurs du Temps, et l’astrologie divine leur enseigne les savoirs du monde. Leurs bibliothèques renferment à elles-seules la sagesse des civilisations de la Terre, certains ouvrages damnés sous peine d’en perdre l’acuité et la raison. Ils sont ceux qui voient, ils sont ceux qui observent, et ils sont ceux surtout qui jamais n’oublient.

Leur pacifisme les empêche de se prononcer et leur interdit toute domination. Leur société s’organise autour de figures exemplaires : des cercles fermés de mages reconnus pour leur intelligence et leur sagacité. Chaque caste possède ainsi son cercle de Grands Sages, choisis pour élire à leur tour un lecteur légitime des cieux : « le Caelum ». Certains affirment que le Caelum de la Cité d’Argent - capitale originelle de la Voûte - serait le monarque de l’ensemble des Rehlas, tandis que d’autres aiment à penser que les enfants des étoiles ne régissent qu’aux suppliques de leur Mère la Lune.

Les Rehlas ne prennent ainsi jamais part aux conflits, jouissant d’une autarcie savamment préservée par leurs restreintes filiations. Adeptes des arts et de la contemplation, ils privilégient l’image à la prose et aiment à s’enfermer dans des forêts d’utopies et de symboles dont le sens reste un trésor bien caché. Leur existence est cependant vouée à l’oubli, si bien qu’ils ne peuplent plus qu’à ce jour les lais des troubadours et les grimoires des sorciers les plus fous. Ils sont un conte, ils sont une légende pour ceux qui les ont oubliés.


UNE NATION BRISÉE

« Les Thël’ess furent punis pour leur avidité.
Sont-ils des nôtres, ceux qui ont perdu la raison ! »


Depuis toujours le savoir des Rehlas s’alimente des pierres de sagesse offertes par la Lune. La croyance des terriens nourrissait alors l’éclat irisé de leur sève, mais voué à l’oubli le peuple fut condamné à s’éteindre lentement. Certains Rehlas fendirent alors les cieux jusqu’aux royaumes terrestres afin de donner aux mortels la preuve réelle de leur existence. Cet acte de première importance fut accompli sans l’accord des Caelums, ces derniers si désireux de préserver leur autarcie. Afin de punir ces castes de leur déraison, les Rehlas damnèrent leur mémoire et les empêchèrent à jamais de regagner le chemin de leur maison. Ils ne furent plus Rehla que de nom. La scission fut ainsi faite entre les Rehlas des cieux que l’on nomma Cël’ess, et les Rehlas de la terre que l’on nomma Thël’ess.

Les Thël’ess oublièrent jusqu’à la clarté primordiale de la Lune, perdant toutes visions de leurs cités glorieuses et de leurs étendards d’argent. Abâtardis, leurs âmes perdues se fondirent aux sociétés terrestres et jamais plus on n’entendit parler de la Voûte et de sa civilisation. Voilà des siècles que les Cël’ess tentent de refermer la brèche qui unit les deux mondes, en vain seulement. Haut dans le ciel, une étoile murmure qu’un lac d’argent recèlerait les secrets de la faille, enfoui aux confins de la terre. Les Caelums isolèrent l’astre et plus personne sur Terre n’en entendit parler.


REHLAS ET MALÉDICTIONS

« Condamnés à jamais,
Les cieux assurent notre pureté. »


« Nous sommes les enfants de la Lune, confidents des étoiles. Sublime délectation, nous observons les Ages et leur funeste devenir. Mes frères, les astres nous soumettent leur condition : jamais le Destin nous ne devrons réécrire. Le silence est de mise, malheur à ceux qui le trahiront ! »

Ier Caelum de la Cité d’Argent


« Tout Rehla franchissant la brèche du Lac des Soupirs sera à jamais banni des cieux. Ses souvenirs seront détruits jusqu’au dernier, nul repentir ne sera concédé. »

Décret-loi promulgué au temps de la création de la faille



PHYSIONOMIE ET PARTICULARITÉS

« Amants des songes,
Nos visages peuplent vos rêves. »


Les Rehlas sont des créatures d’une beauté chimérique, présent délivré par les cieux. Privés de soleil, leur teint diaphane reflète la pâleur de la Lune. Leurs prunelles, orbes de sagesse, emprisonnent quant à elles l’éclat éternel des étoiles. Les Thël’ess revêtent ces particularismes sans en connaitre la source.

Leur beauté se nourrit des rayons glacés de la Lune. Les regards languissants des Thël’ess se posent sur elle, lorsque l’astre est plein, dans une nostalgie inconnue. On raconte qu’un Rehla privé de ses reflets serait voué à s’effacer dans la nuit sombre, peu d’écrits confirment ces dires mais fou serait celui qui tenterait l’expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://libertya.forum-canada.com
 
RACE ― Rehlas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 04 : Le Phare de Race Rock
» La race et le débat
» Vidéo-info : "Eugénisme - Le Nouvel Ordre Mondial veut éradiquer la race "aryenne" !
» L'avenir de la race humaine se situe dans l'espace.
» disparition du mot "race" pour designer un etre humain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libertya :: Usaeless dräft-
Sauter vers: